Temps de Se Remettre en Question…

Souvenirs… le yoga fait revenir des sensations d’antan… rappelant la Californie… ou la Virginie… ou même Londres… Les sens gardent parfois la clé de la mémoire. Une odeur peut rappeler une idée… une émotion… ou une expérience.

Le souvenir parfois s’éclaircit dans la sensation… dans l’effort… ou dans la réflection.

Le mathématicien Cédric Villani, maintenant à l’Assemblée, en parle dans son livre “Théorème Vivant…”

Les musiques et les bols de thés lui servaient d’aides-mémoire… pour stimuler la pensée et la créativité… tout en restant dans la reflection. Au bout du compte, il a gagné la Médaille Fields (pour les mathématiciens, elle a plus de cote que le Prix Nobel car les candidats doivent avoir moins de 40 ans), et il a pris le rôle de directeur à l’Institut Poincaré.

Aujourd’hui, le souvenir et la reflection semblent avoir peu d’importance. À la place, le monde préfère les hommes d’action — les guerriers, entrepreneurs, et créateurs…

En effet, la réflection peut empêcher de passer à l’acte… mais la réflection aurait aussi pu libérer l’homme de nombre de conflits et de faux-sens… Les hommes d’actions font bouger les choses, mais ils commettent aussi des erreurs. Ils créent… mais ils consomment aussi des ressources. Ils dépensent de l’argent… ils s’endettent. Ils émettent des actions au public… Ils font des promesses…

À l’inverse, les hommes de réflection doivent parfois mettre les choses à plat… faire revenir les choses à la réalité… tuer les dérives… et forcer le remboursement de la dette ou la faillite…

En général, le créditeur a toujours plus d’espoir et d’optimisme… et le créancier, lui, garde un peu de cynisme et d’incrédulité…

Il voit l’entrepreneur partir dans un sens puis dans l’autre… dépensant l’argent du créancier sans compter.

Il le voit sous-estimer les dangers et surestimer sa chance et son talent…

Il voit ses failles et ses faiblesses… et il se réveille la nuit en songeant à le couper des fonds…

Après tout, l’entrepreneur n’a pas le temps de se poser de questions… il n’a pas intérêt à remettre en cause son projet… ni à faire douter le créancier — ou l’investisseur — du succès à venir…

Si le créancier ne donne pas un peu de mou au créateur, il risque de tuer le projet avant son succès… S’il en donne en excès, il risque d’y laisser sa fortune.

Se laisser décourager par les obstacles et les risques mène à la stagnation et l’inaction… Les ignorer mène au tombeau…

Dans une économie… dans une entreprise… dans un groupe… ou dans une famille… certains courent à l’avant… sans souci et sans crainte.

D’autres voient des formes s’agiter au loin… et se demandent si l’ennemi ne prépare pas l’attaque.

Parfois, les groupes abandonnent le va-et-vient entre les optimistes et les cyniques… À l’unisson, ils se mettent à adopter des attitudes et des croyances… sur leur invincibilité… ou leur force… ou leur talent… ou leur supériorité…

Du côté de Hillary Clinton à l’élection de 2016 aux États-Unis, par exemple, ses partisans avaient cru à l’inévitabilité de leur victoire…

Voici la prévision du Huffington Post le 7 novembre 2016, juste avant les élections…

“Notre modèle de prévisions HuffPost indique 98,2% de chances pour Hillary Clinton d’accéder à la victoire et devenir président. Le Républicain, Donald Trump, n’a essentiellement aucune possibilité de victoire.”

Le HuffPost n’a fait que rejoindre la pensée du groupe. Presque tous les médias ont prévu une victoire de taille pour Clinton dans les jours avant l’élection.

Personne n’a osé avoir de doutes… ni se figurer la possibilité de l’échec. Ils n’ont pas voulu croire à la possibilité d’avoir tort.

Pour nombre de choses — le renouvelable, le réchauffement de la planète, les vaccins, et les lois sur le travail –, la plupart des gens se posent peu de questions. Ils suivent la pensée du groupe.

Temps de Prendre un Peu de Distances…

Depuis la création de la “Lettre d’Henri Bonner” en janvier, les lecteurs ont pu me suivre presque tous les jours… En Virginie, à Baltimore, à Londres, à Dublin, à Paris, à Lausanne, à Genève, et dans le fond de la France — dans le Poitou et dans la Normandie…

Écrire tous les jours m’a permis de mettre les choses à plat dans mon esprit… et d’avoir un objectif presque tous les jours…

Dans les semaines à venir, les événements vont m’obliger à me retirer un peu de l’écriture du quotidien…

Ceux ayant pris un abonnement au mensuel du Dr. Herlin continueront de le recevoir…

Après vendredi, mes écrits paraîtront de temps à autre… mais pas tous les jours.

Olivier Perrin (ou “Le Vaillant Petit Économiste”) va prendre la relève… Il va continuer de donner un point de vue et une opinion sur les événements dans l’économie à repérer… en plus d’envoyer des alertes de temps à autre lors de l’approche de changements de taille pour le pays ou pour l’économie.

Que faire…?

L’or a grimpé aujourd’hui… Le CAC 40, l’indice du S&P 500, et le FTSE 100 (pour les Britanniques) partent en baisse depuis hier… En cause, les actions de la technologie ont chuté lundi… Facebook, Nvidia, et Netflix ont chuté de 4,5% ou plus…

Un repli ne signifie pas la fin d’une tendance…

…mais, dans ce genre d’environnement, le marché doit bien partir à la baisse tôt ou tard…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *