Problèmes de Rentrée

Rentrée en cours…

Hier, un wagon de train nous a récupéré du fond de la campagne, pour nous ramener à Paris…

Comme dans une scène de film en Inde, les gens s’empilaient dans le wagon avec leurs valises et affaires, partant vers la ville…

…mais le train a réalisé son voyage sans interruption ni retard.

Pourtant, tous les voyageurs de la rentrée n’ont pas eu la même chance…

Ce matin, une série de textos nous avertissait de la scène en cours…

“Pas d’ubers… ! Pas de taxi… Quel désastre… !”

Selon les apparences, l’aéroport de Charles de Gaulle se bloque aujourd’hui comme un égout lors d’une tempête…

Lors de la rentrée, l’incompétence des autorités et des pouvoirs vient à l’évidence.

Une queue de 2 heures s’étend devant les douanes — les autorités ne songeraient pas à augmenter leurs effectifs pour aider le flux de voyageurs de la rentrée.

Après le passage des douanes, la queue pour les taxis s’étend comme devant un pôle-emploi.

Uber?

Les autorités ont réussi à mettre des bâtons dans les roues des concurrents des taxis.

Du coup, les passagers, manquant souvent une nuit de sommeil, s’embourbent et s’empêtrent dans le marasme… et envoient des textos pour exprimer leur frustration.

Nos dirigeants n’arrivent pas à faire fonctionner un aéroport. Pourtant, ces bureaucrates et énarques croient pouvoir diriger une économie.

Aujourd’hui 60% du PIB en France se constitue de dépenses de l’État…

Pour certains, ce chiffre ne suffit pas.

Lors de sa campagne aux présidentielles, Jean-Luc Mélenchon voulait 173 milliards de dépenses de plus par l’Etat, 100 milliards en investissements, et une hausse d’impôts de 190 milliards, selon La Tribune.

D’autres — comme la maire de Paris, Anne Hidalgo — prônent des programmes d’investissement dans les start-ups, ou le renouvelable, ou autres, avec les fonds de l’État.

Même Macron s’annonce en faveur d’augmenter la taille des États lors de sa campagne… en arguant pour un fond d’investissement pour l’Europe…

Macron dans un entretien pour Les Echos:

“Nous devons créer un vrai budget, contrôlé démocratiquement et piloté par un ministre de l’Economie et des Finances de la zone euro. Ce budget sera doté de ressources propres qui se chiffreront en centaines de milliards et permettra de réaliser les investissements nécessaires et de réagir ensemble aux crises.”

Macron en chute dans les sondages…

Comme Donald Trump, Macron a mis au point un programme de campagne en empruntant des idées à droite et à gauche…

Avec son appel à réformer le Code du Travail, le président a remonté contre lui une partie des électeurs… D’autres — les étudiants — ont donné des coups de langue quand Macron a baissé leurs “allocations,” les APL, de 5 euros par mois.

Le journal Le Parisien a essayé de recenser les perspectives des Français sur le président afin de comprendre sa perte de popularité…

La plupart des opinions des Français semblent sortir d’un roman d’Émile Zola.

Franck Vis, par exemple, veut plus de protections pour les ouvriers, et interdire aux usines de partir en Pologne ou en Slovaquie pour profiter de réductions de coûts de main d’oeuvre…

L’idée de réformer le Code du Travail lui déplaît :

“Là, quand on ne va plus avoir besoin de nous, on va pouvoir nous licencier encore plus facilement. Il donne encore plus de pouvoir aux patrons.”

Prisca Bourisse, elle, a 19 ans. Elle étudie la psycho à Amiens et a voté Mélenchon.

“L’APL, c’est un gros coup,” affirme-t-elle. “On dit que 5 €, ce n’est pas beaucoup. Mais pour moi, qui suis boursière, c’est une journée de courses. Cela fait un jour où je ne mangerai pas ! A chaque fois, ce sont des choses en plus que l’on prend dans la figure.”

Du pain… des jeux… des emplois… voilà le programme des politiciens, encore et toujours… de Rome… à Paris… à Washington, DC. Aujourd’hui encore, le peuple en réclame.

Que faire… ?

Aujourd’hui, la Bourse de Paris continue de baisser… Au cours de l’été 2017, le CAC 40 a perdu 6%… et le déclin se poursuit… sans donner signe de ralentir.

En général, le marché change de direction à la rentrée… et le retour au travail pourrait pousser les actions à la hausse…

…mais si cette tendance reste à la baisse, alors l’avenir des marchés pourrait prendre un tournant.

À suivre…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *