“Désolé, 60% de votre pension a été supprimée…”

Tout à coup, vous allez devoir repenser votre retraite. Vous allez devoir effectuer des changements importants — sans préavis.

Vous allez peut-être rendre moins souvent visite à vos petits-enfants… ou renoncer à vos projets de voyage pour économiser… le tout parce que votre pension a été coupée de moitié.

Malheureusement, c’est un risque tout à fait envisageable…

Les habitants d’une ville californienne en ont fait l’expérience tout récemment.

“John a travaillé environ 22 ans pour la ville de Loyalton, Patsy y avait travaillé pendant 34 ans…

“Pour Patsy Jardin, 71 ans, cela signifie que sa pension va chuter et passer d’environ 49.000 dollars par an à un peu plus de 19.000 dollars.”

La ville de Loyalton a mis fin à son accord de financement des retraites avec son gérant des pensions, CalPERS, ce qui a provoqué une réduction de 60% des pensions qui seront touchées par ces deux employés de la ville, ainsi que deux autres.

Votre pension, ce n’est qu’une promesse de paiement.

En d’autres termes, vous n’avez pas de position privilégiée pour percevoir votre pension. C’est une facture qui vous est dûe, mais si l’argent n’est pas là pour les payer, alors vous êtes mis sur le carreau comme tout le monde.

Le problème, c’est que dans la plupart des pays développés, les États et les gérants de pensions ont vastement sous-estimé à quel point la situation dans les marchés financiers pouvait changer, remettant en cause leur capacité à payer les pensions qui sont dûes aux retraités.

La plupart des promesses de retraites ont été faites pendant les décennies précédentes, où la croissance était nettement plus élevée, et les taux d’inflation étaient plus élevés.

Maintenant, avec les taux d’inflation allant vers 0%, et les rendements sur les actifs financiers en baisse, la plupart des gérants de pensions ont un problème sérieux à régler.

Le nombre de personnes qui partent à la retraite grimpe, mais les retours sur les investissements baissent.

En France, le gouvernement essaye de remettre le problème à plus tard… les retraites, traditionnellement réajustées tous les ans, n’ont pratiquement pas bougé depuis 2014!

Comme en témoigne un article dans Le Figaro:

“Pour la troisième année consécutive, les pensions vont donc continuer de (quasi) stagner en 2017. En 2014, il n’y avait pas eu de revalorisation et en 2015, les pensions avaient progressé de 0,1%.”

Ce n’est pas seulement l’assurance-retraite qui bloque, c’est aussi son homologue privé, l’assurance-vie. Environ 15 millions de Français se servent des contrats d’assurance-vie pour préparer leur retraite.

Cependant, l’État français s’en prend à ces contrats privés dans une loi devenue de vigueur en 2016.

Selon un autre article du Figaro:

“Ces fonds [d’assurance-vie] ainsi que les obligations qui arrivent à échéance, sont aujourd’hui investis sur des obligations ne rapportant pratiquement plus rien. «La collecte actuelle va entraîner des pertes futures pour les assureurs. Il leur est très difficile d’obtenir des rendements, après avoir enlevé les frais de gestion ou encore de distribution», explique Cyrille Chartier-Kastler.”

La raison, explique Le Figaro, c’est que les faibles retours sur les investissements, en particulier dans les marchés créanciers, se reflète dans les versements que les assureurs peuvent garantir à leurs clients…

“Ainsi, si l’OAT à 10 ans se maintient à 0,35 % pendant plusieurs années, cela obligera les assureurs à investir l’épargne versée tous les mois par les assurés ainsi que les obligations à fort rendement arrivant progressivement à échéance sur des titres très faiblement rémunérés. Et cela fera fondre le rendement des fonds en euros.”

En d’autres termes, si vous disposez d’un contrat d’assurance-vie que vous comptez liquider dans plusieurs années, il se peut que vous arriviez “trop tard” et que tous les fonds aient déjà été distribués.

En l’absence de rendements satisfaisants, votre assureur n’arrive pas à verser les paiements demandés, et à conserver votre épargne en même temps.

20% des obligations souveraines du gouvernement Français sont détenues par les compagnies d’assurance, dont votre assurance-vie.

Or, ces obligations donnent des retours très proches de 0%.

Une grande partie de ces emprunts paient même un taux d’intérêt négatif.

Comment préparer votre retraite dans un monde où les pensions de retraite sont attaquées?

Commencez par vous informer des faits importants, et de ce qu’ils signifient pour vous.

Dès aujourd’hui, recevez mon quotidien gratuit conçu pour vous mettre au courant des derniers changements dans le secteur financier, et leur impact sur notre pays et nos retraites.

Ce message bref, concis, et très clair, vous aidera à préparer un “plan d’action” lorsque la situation commencera à se resserrer sur les assurances.

Pas de spam. Juste mon mail quotidien sur le sujet de nos finances, des épargnes, et vous donnant quelques informations vitales chaque jour.

Cliquez ici pour rejoindre mon petit groupe de lecteurs dès maintenant.

Sincèrement,

Henri Bonner