Macron ne va pas réduire le rôle de l’État

Ici à Lausanne… Nous débutons le mois de juillet… et nous espérons que le Lac Léman, à côté, va se réchauffer assez pour que nous puissions y nager…

D’ici la fin de la semaine, notre ville entamera son “festival de la Cité,” pendant lequel des milliers de gens rempliront les rues — devant des estrades de musique et des tentes de cirque…

Nous essaierons de garder le pas… profitant que le temps reste d’humeur d’été… alors que cette année-ci a produit de la pluie jusqu’à la fin-juin…

Oula… Dans la Bourse, la tendance continue d’être à la baisse…

Hier, la Bourse a connu un rebond après avoir perdu plus de 3% dans la dernière semaine du mois de juin…

Par contre, aujourd’hui, le marché s’est remis à baisser: après avoir gagné 1,5% par rapport à vendredi, le CAC 40 a ouvert en baisse ce matin, perdant 0,4% en moins d’une heure…

Nous restons dans une tendance de baisse depuis le début du mois de mai… le marché a perdu 4,5% au total depuis son haut du 5 mai…

Selon la plupart des analystes, le restant de la journée devrait se passer dans le calme: Wall Street ne travaille pas — en raison de la Fête de l’Indépendance des Etats-Unis…

Macron donne un discours à Versailles…

Hier, Macron s’est rendu à Versailles pour donner un discours devant le Congrès…

Que peut-on en tirer…?

Et bien, Macron a évoqué “l’amour de la patrie” qui unit ses partisans… le “mandat” qu’il a reçu… notre “dignité…” et bien sûr notre “idéal de liberté, d’égalité, et de fraternité.”

Macron conclut que son projet est de “faire à l’homme, enfin, un pays digne de lui.”

Bien sûr, Macron pourrait tout de suite commencer en permettant à l’homme de conserver le fruit de son travail — en éliminant 90% des taxe qu’on lui inflige –… en rayant les milliers de règles qui l’empêchent de travailler — ou d’embaucher — comme bon lui semble… en cessant de manipuler les taux d’intérêts qui réduisent ses revenus… et en arrêtant de prendre possession de ses épargnes par le moyen de l’assurance-retraite…

Pourtant, dans le monde “digne” de l’homme qu’envisage Macron — et sans doute la plupart de ses électeurs –, vous n’avez pas besoin de ces libertés… Vous avez juste besoin d’avoir des élus qui s’occupent de votre bien-être pour vous…

Plus nos dirigeants essaieront de prendre les choses en main, et plus notre pays aura du mal à avancer… plus nous aurons de gens au chômage… et moins nous aurons d’entreprises qui sont capables de produire de la richesse — de payer des salaires et de créer des produits dont veulent les gens…

Bien sûr, étant donné que Macron a fait carrière dans les banques avant de se lancer dans la politique, peut-être comprend-il mieux que les autres les dégâts que peuvent faire l’État avec tout ce qu’il impose aux entrepreneurs…

Pourtant, que Macron comprenne ou non comment l’État retient l’économie avec son intervention, nous avons peu de chances qu’il tire les rênes sur le gouvernement…

Tout simplement, la plupart des gens ne sont pas prêts d’abandonner ce qu’ils croient recevoir du système…

Nous avons 10% de la population au chômage… ajoutez-y les millions de gens qui reçoivent des allocations d’un genre ou d’un autre — d’insertion, de soutien aux handicapés, d’alimentation, ou autres — et vous avez une partie de la population qui dépend de l’État pour subvenir à ses besoins…

Pensez aussi à tous les professeurs d’école, de collège, et de lycée… ainsi qu’à tous professeurs de Fac… ou bien aux agents de la SNCF… ou du RATP… ou aux ouvriers des usines d’Alstom…

Vous avez peut-être plus de la moitié des familles en France qui tirent leurs revenus directement des coffres de l’Etat — d’une façon ou d’une autre…

Au total, le gouvernement, en France, représente 56,2% de notre économie, selon Eurostat…

Même à la fin des années 1970, quand le gouvernement nationalisait toutes les industries à droite et à gauche, l’État ne représentait que 44% de notre économie environ.

Plus nous avons passé de temps, et plus notre gouvernement a pris d’ampleur — pesant de plus en plus lourd sur le dos des citoyens…

Après la crise de 2008, le gouvernement a redoublé ses efforts, absorbant environ 5% de l’économie par le biais de ses interventions en 2008 et en 2009…

Si nous retirions tout à coup toutes ces interventions, le pays s’en sortirait bien plus fort à terme…

Regardez par exemple, l’Espagne, où la crise de 2008 a obligé les autorités à abandonner une grande partie de leurs programmes… et où l’économie croissait à 3% en 2016… trois fois le taux de la France.

Par contre, nos dirigeants ne sont pas prêts de réduire leurs dépenses…

Même si le gouvernement réduisait un peu les restrictions dans le domaine du travail — en assouplissant le Code du Travail, ou en éliminant des protections dont bénéficient les ouvriers, nous aurions pratiquement une révolution…

Pensez par exemple aux démonstrations qui ont secoué la France en 2016, lorsqu’ils ont tenté de libéraliser le Code du Travail… en éliminant les 35 heures…

Que faire…?

Bien sûr, malgré les dégâts que l’État inflige à l’économie, nous aurons toujours des opportunités…

Quoi qu’il arrive, avec le temps, les marchés finissent par trouver le moyen de contourner en grande partie les restrictions — voir même les impôts…

Par exemple, dans le domaine du travail, le marché découvre qu’il peut trouver les mêmes employés en Chine — ou en Pologne — sans les pénalités causées par Code du Travail en France…

Ici en France, au lieu d’embaucher un employé, vous pouvez travailler avec un micro-entrepreneur qui travaille à sa propre solde… sans que vous ayiez à verser la panoplie de charges qu’impose le Code du Travail…

Dans le domaine de l’investissement, la plupart des Français ont peu de contrôle sur leur argent…

Après tout, la France est l’un des pays qui taxe le plus les plus-values, avec un taux qui peut atteindre 61% de vos bénéfices si vous avez conservé vos actions moins d’un an avant de les vendre…

Pour cette raison, beaucoup de gens préfèrent mettre leur épargne dans une assurance-vie, dont ils peuvent faire des retraits, plutôt que d’investir leur argent eux-mêmes…

Même avec les crypto-monnaies, vous devez déclarer des gains. Si vous en achetez, puis ne faites rien, vous êtes tranquille… mais dès que vous les utilisez ou que vous les vendez, vous devez faire une déclaration de gains pour vos impôts…

Nous voyons en ce moment remonter les crypto-monnaies… même s’ils restent en-dessous des hauts qu’ils ont connu le 12 juin… lorsque le Bitcoin a tapé les $2 990 par “pièce…”

Depuis, nous voyons le Bitcoin se stabiliser autour du prix actuel de $2 600 par pièce…

Cependant, nous ne sommes pas prêts à nous lancer dans la monnaie… parce que la vaste majorité des monnaies de ce genre ne vont pas “réussir…”

Nous sommes encore dans l’ère du début vis-à-vis des crypto-monnaies…

Nous ne savons pas encore lesquelles d’entre elles vont réussir à percer… mais nous vous tiendrons au courant de ce que nous découvrons dans ce domaine-là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *