Les Crises font Partie de l’ADN des Économies

Complications… attente… délai… Comme une tempête ou un ouragan, le danger sur l’économie — sur notre façon de vivre — plane, s’amplifie, semble disparaître, revient, s’éternise, ou s’évapore…

Les signaux se contredisent et s’entremêlent… les analystes désespèrent… les observateurs se grattent la tête… mais tous regardent les actions, les cryptos, et l’immobilier grimper… La croissance des prix des actifs tait les inquiétudes et les doutes…

Un jour, peut-être, le ciel finira par nous tomber sur la tête… mais le monde d’aujourd’hui dort avec les deux oreilles sur l’oreiller.

Mis à part les étincelles de conflit par ci ou par là, surtout en raison des efforts des Etats-Unis pour faire la police du monde… ou les ouragans de l’été sur les Caraïbes, et le Golfe du Mexique, peu de gens s’inquiètent…

Avec des prix d’actifs en hausse, l’expansion de la quantité de crédit, et la sortie d’une génération d’iPhone tous les 12 mois, le monde prend un air d’invincibilité…

Avec l’interconnection grâce à Facebook et Google, la puissance des ordinateurs au bout des doigts grâce aux smartphones, et des révolutions en cours pour donner une intelligence aux machines, ou changer le génome des humains, la possibilité d’un déclin n’entre même pas à l’esprit des gens.

Au contraire, la plupart des étudiants sortent d’école avec la sûreté de se faire un milliard — ou au moins des millions — d’euros avec une start-up dans le domaine de l’informatique.

Les crises, les déclins, pour la génération d’aujourd’hui, a un caractère de mythe… comme un dragon ou un sphynx…

Les étudiants sortant d’école pensent aux crises comme aux ordinateurs des années 1940… ou à l’art de manier la faucille… Ils ont du mal à en comprendre l’importance… ni comment les humains d’antan ont réussi à faire avec.

Ils croient à leur invincibilité… et à l’invincibilité du monde autour de nous…

La croyance à un avenir de stabilité et de prospérité a même des retombées sur les taux de natalité… les taux de mariage… et les durées de vie.

Les jeunes d’aujourd’hui remettent à plus tard les relations… passent moins de temps sur la poursuite d’un époux ou d’une épouse… et voient un horizon sans nuage pour des décennies à venir…

Selon les sociologues, la prospérité et la sécurité ont tendance à ralentir les prises de décision sur le mariage, l’achat d’une maison, ou la création d’une famille…

À l’inverse, dans un environnement de privation ou de violence, les humains ont tendance à chercher le plus de sécurité tout de suite… Ils attendent moins pour s’accoupler et faire des enfants.

Les femmes commencent à avoir des enfants à 28 ans en moyenne en France… à 29 ans au Danemark… et aux États-Unis à 26 ans et demi…

Ces pays mènent le monde en richesse par habitant…

À l’inverse, au Tchad, les femmes commencent à accoucher en moyenne à 17 ans… en Guinée, elles accouchent à 18 ans… et en Afghanistan à 19 ans…

Comme dans la vie de l’individu, la vie de l’économie change en fonction des conditions… la stabilité et la sécurité permet de remettre le remboursement des dettes à plus tard… de vivre à crédit… et de prendre plus des risques et faire plus de paris…

…Mais les Corrections Suivent Toujours…

Les économistes de nos jours critiquent la croissance par “à coups…” avec des hauts et des bas… des périodes de croissance, et des corrections.

Pour eux, ces rechutes n’ont pas d’utilité en particulier… Ils surgissent en raison de “dysfonctionnements” dans le système. L’économiste se voit comme protecteur de la prospérité du 21ème siècle… en fabriquant une croissance sans repli.

L’histoire des économies, cependant, semble démentir toute prétention à les contrôler… Les programmes pour manufacturer une croissance, ou créer une industrie, ou accélère l’innovation, ne portent jamais fruit…

Les économies ne font pas partie du monde des technologies et des innovations…

Les iPhones, les ordinateurs, et les OGM permettent de répondre à des besoins ou à une demande… Ils servent d’outils aux humains.

L’économie, au contraire des croyances des économistes, ne sert pas d’outil… Les économies n’ont pas de but ni de destination.

Comme les marchés, les économies représentent une évaluation de l’utilisation des ressources dans une société…

Aucun ordinateur ni aucun algorithme ne peut connaître l’utilité d’une innovation ni d’un produit pour les humains… Seuls les individus peuvent le savoir… et ils l’expriment par le biais de leurs décisions, par le biais des transactions.

Les économies en croissance reflètent en général une augmentation de la disponibilité de ressources dans une société… et la satisfaction de besoins… Le volume de transactions augmente. La croissance de la disponibilité de ressources, et dans l’efficacité de leur utilisation, permet aussi de supporter plus de dette… d’entreprendre plus de projets et effectuer plus d’essais.

Le progrès libère toujours plus de ressources… en permettant à davantage d’humains de vivre et de se nourrir… et en permettant de satisfaire à ses besoins — se nourrir, se loger, ou autre — sans passer ses journées à couper du bois, à chasser, ou à travailler un champ. Chaque génération peut éviter nombre des inconvenances de ses ancêtres — la maladie, la difficulté de se déplacer ou de se nourrir, ou les limites de la force physique de l’homme pour effectuer des tâches.

Les cordes et les leviers… les chevaux et les boeufs… les moulins à vent… et par la suite les moteurs à combustion ont permis de dépasser les limites du physique de l’homme.

Les ordinateurs ont permis de décupler ses compétences d’analyse de données… et ses capacités de calcul ou de mémoire…

Internet à permis de faire tomber nombre d’obstacles du fait de la distance, de la géographie, ou du langage.

Ethereum veut “désincorporer” la puissance de calcul du monde… et nous attendons encore de voir comment ce projet impactera notre façon de vivre…

Ces Cryptos Pourraient Vous Ruiner… Mais Peut-être le Jeu en Vaut-il la Chandelle…

Ici, nous gardons toujours un oeil sur le ciel…

Les économistes ont tort… Les crises continueront de se produire… Elles font partie de l’ADN des économies. Comme l’innovation et la division du travail, elles ont permis au monde de nos jours de se former…

Malgré cela, l’histoire nous instruit aussi l’optimisme… Parce que le moteur à essence a éliminé les famines et les pénuries. Internet nous a permis de vous écrire aujourd’hui.

Quand les moteurs ont d’abord commencé à se répandre, la plupart des gens avaient sans doute peu confiance dans leurs capacités…

“Ils ne remplaceront jamais le cheval et la charrue,” se disaient-ils peut-être.

Les cryptos pourraient vous ruiner si vous y misez trop… Personne ne connaît leur avenir.

En ce moment, ces monnaies explosent… Le créateur d’ethereum, Vitalik Buterin, prétend avoir inventé un “ordinateur.”

Peut-être divague-t-il… ou peut-être son invention marque-t-elle le début d’une ère.

À vous de décider si vous désirez prendre le risque de voir s’il a raison ou non.

Nous avons mis au point des informations sur les cryptos pour vous aider à y tremper le pied. Consultez-les pour démarrer dans le secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *